Photographe animalier

Photographe animalier, Cédric Girard expose de nombreuses photos sur son blog. C’est d’ailleurs ce qui lui a permis de professionnaliser son activité. Mais toute la difficulté pour lui est « d’être vu sans être pillé », c’est-à-dire exposer son travail sans s’exposer aux voleurs d’image.
 
Devant la multiplication des « emprunts » (une de ses photos s’est même retrouvée, sans son accord, sur la page d’un quotidien national, recadrée afin d’effacer sa signature !), le photographe blogueur multiplie les protections : il réduit la définition des images présentées, les signe, les marque d’un filigrane et indique explicitement qu’elles ne sont pas libres de droit. Mais il n’est pas dupe : « les mécanismes de protection s’avèreront de toute façon toujours inefficaces pour le plus malin des voleurs », écrit-il dans un billet.

Comment partager ses oeuvres en toute sécurité ?

Comment partager ses œuvres en toute sécurité ? Comment s’assurer que les photos de son blog, ou celles postées sur flickr, facebook, instagram ne soient pas volées et réutilisées ? La solution passe peut-être par l’attribution d’une licence d’utilisation.

C’est ce que propose le projet Creative Commons : tout auteur peut adosser à son œuvre (image mais aussi texte, musique, multimédia…) une licence prédéfinie (il en existe six), qui en fixe les conditions d’utilisation. Son œuvre affichera alors le logo CC (en plus du nom de l’auteur) et un symbole indiquant le type d’usage autorisé ou proscrit (pas d’utilisation commerciale, pas de modification...).

Comme elles précisent à l’avance les conditions de diffusion d’une œuvre, les licences Creative Commons limitent les abus. Ainsi, lorsque le musicien électronique l’Onomatopeur a reconnu un de ses morceaux dans un reportage du magazine Envoyé Spécial, il a pu faire valoir ses droits. Le morceau était librement téléchargeable sous une licence CC qui impliquait que sa diffusion publique était autorisée sous réserve que le nom de l’auteur soit cité et que toute utilisation commerciale devait faire l’objet d’une négociation. France 2 a indemnisé le musicien.