• 9
    participants
  • 5
    ateliers
  • 0
    posts

Présentation du café

La réalité immersive, vous avez déjà plusieurs expériences à votre actif. Les contenus en VR, pour réalité virtuelle en français et en toutes lettres, vous en avez regardés. Vous êtes équipé d'un casque pour regarder de la VR. Le temps de ce café, vous devrez regarder, et pourquoi pas, faire regarder par des gens de votre entourage, des contenus en réalité virtuelle proposés dans le programme appelé Orange VR Experience, ou en français expérience de réalité virtuelle Orange. Et puis, nous échangerons autour de cette expérience. Le titre de ce café est le même qu'une nouvelle d'Antonio Tabucchi. 

Flashback

L'idée du titre de ce café est venu de la lecture d'une nouvelle d'Antonio Tabbuchi, qui s'était lui même inspiré d'un poème de Charles Baudelaire. Cela convient bien à la VR, domaine de création, d'imaginaire et de sensations pour tous les goûts, pour toutes les générations, pour soi et en partage.

Mission donnée au café

A ce café, la mission de chaque dreamer consistait à visionner des contenus en VR disponibles au programme Orange VR Experience et de faire partager cette expérience à des voisins, à des amis, à sa famille de manière à recueillir un tableau de retours d'expérience.

Une activité de café somme toute plaisante et par rapport à laquelle nous avons demandé beaucoup d'écrits, des récits truffés de détails sur les conditions d'installation, les sensations et l'intérêt même des contenus. Un café plaisant et sérieux à la fois !

Pourquoi pour titre de café Anywhere out of the world ?

C'est en pensant à une nouvelle d'Antonio Tabucchi, parue dans Petits malentendus sans importance que nous avons choisi Anywhere out of the world pour titre de ce café. Sans raconter la nouvelle, en voici quelques images : "l'Atlantique qui apporte un brouillard dense, pénétrant", "le jus d'orange avec des amandes, ou des pignons", "le journal que l'on replie avec méticulosité parce qu'il a été prêté", "un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir", "une ville de marbre", "l'eau est limoneuse et inquiète", "c'est peut-être ma marée haute et le fleuve se jette dans la mer avec difficulté".

Ce sont des images de Lisbonne vues par l'auteur. Ce sont des images et des sensations à la fois, on entend des sons. Images, sensations, sons sont des composantes de toute création en réalité virtuelle, disons en VR, tellement cette abréaviation semble dorénavant devenir aussi connue que celle de VOD pour vidéo à la demande.

Séquence café littéraire du café numérique

Antonio Tabucchi a lui-même repris ce titre à un poème de Charles Baudelaire, extrait du recueil Le spleen de Paris. Il y est question de déménagement imaginaire, l'âme se rêve à Lisbonne, en Hollande, à Batavia, à Tornéo ou encore sur les bords de la Baltique. Le poème se conclut ainsi : "mon âme fait explosion, et sagement elle me crie : « N’importe où ! n’importe où ! pourvu que ce soit hors de ce monde ! »".

Ce poème a été partagé en fin de café, à un participant d'ajouter :

"Il est sympa ce poème. En réalité immersive ? Finalement on pourrait presque à chaque questionnement de l'âme avoir une visu à 360 de chaque lieu décrit, un peu flouté, comme pour évoquer la pensée, l’évanescence des lieux... ;-)"