dream café

La sobriété numérique

créer
03/03/20 - 06/04/20
en cours

Le modèle de la société de consommation est vécu comme à bout de souffle. Les citoyens se posent en acteurs du "consommer mieux" et du "consommer moins". 57% des Français pensent qu’il faut complètement revoir notre modèle économique et sortir du mythe de la croissance infinie.

Le numérique n'échappe pas à la règle, bien que vu aussi comme solution essentielle des transitions économique, environnementale et sociale. A ce café numérique, nous parlerons de sobriété numérique et nous réfléchirons à la façon dont nous pourrions intégrer ce concept dans nos offres et services.

Café chiffré

45 participants
6 ateliers
271 posts

Vous avez dit à ce sujet 2121 commentaires

  1. 1
  2. 2

Et vous qu'en dites-vous ? Pour poster un commentaire identifiez-vous ou inscrivez-vous sur Dream Café.

  1. Rosario, le 05/03/20 à 14:18
    Avatar de Rosario
    CorinneM a dit :

    Quand on entend dans les médias que nous consommons la totalité que peut produire la terre. Cela me pose question sur ma consommation en premier et sur notre modèle économique qui ne peut plus continuer vers une croissance permanente. Nous devons faire autrement.

    CorinneM, je t'invite à venir prendre part à la conversation à cet atelier : https://dreamcafe.orange.fr/cafes/428/la-sobriete-numerique/atelier/3265/la-sobriete-de-quoi-parle-t-on. A t'y lire !

  2. Rosario, le 05/03/20 à 14:18
    Avatar de Rosario
    pépito a dit :

    On parle bien d'évolution ici ?

    Oui. Je t'invite à venir prendre part à la conversation à cet atelier : https://dreamcafe.orange.fr/cafes/428/la-sobriete-numerique/atelier/3265/la-sobriete-de-quoi-parle-t-on !

  3. CorinneM, le 05/03/20 à 14:01
    Avatar de CorinneM

    Quand on entend dans les médias que nous consommons la totalité que peut produire la terre. Cela me pose question sur ma consommation en premier et sur notre modèle économique qui ne peut plus continuer vers une croissance permanente. Nous devons faire autrement.

  4. pépito, le 04/03/20 à 14:49
    Avatar de pépito

    On parle bien d'évolution ici ?

  5. Rosario, le 04/03/20 à 09:28
    Avatar de Rosario
    Capialex a dit :

    Comment ça se dit "moins pour mieux" en latin ?

    Je ne sais pas, j'ouvrirai mon Gaffiot en soirée, je ne l'ai pas au bureau !

  6. Capialex, le 04/03/20 à 09:03
    Avatar de Capialex

    Comment ça se dit "moins pour mieux" en latin ?

  7. Ash, le 03/03/20 à 16:01
    Avatar de Ash
    Diane a dit :

    Merci Merci Ash , ici on adore la contradiction et le débat :) quand tu dis que tu es à l'inverse de la sobriété numérique , que mets-tu derrière sobriété numérique, selon toi ça consiste en quoi?

    Sobre, c'est consommer avec modération alors dans mon cas, peut être faire des efforts pour faire les choses moi-même (manuellement) plutôt que de faire appel au numérique.

  8. Diane, le 03/03/20 à 15:51
    Avatar de Diane
    Ash a dit :

    Hello,
    On m'a suggéré de participer à ce café car je suis à l'inverse de la sobriété. Je suis addict au numérique, dans tout type d'usage, j'adore ça. Fan de domotique je pilote tout à la voix.
    J'avoue commencer à prendre conscience que parfois l'usage du numérique dans ma vie perso n'est pas forcement plus efficace/économique/rapide que de faire les choses à "l'ancienne".

    Merci Merci Ash , ici on adore la contradiction et le débat :) quand tu dis que tu es à l'inverse de la sobriété numérique , que mets-tu derrière sobriété numérique, selon toi ça consiste en quoi?

  9. Ash, le 03/03/20 à 15:36
    Avatar de Ash

    Hello,
    On m'a suggéré de participer à ce café car je suis à l'inverse de la sobriété. Je suis addict au numérique, dans tout type d'usage, j'adore ça. Fan de domotique je pilote tout à la voix.
    J'avoue commencer à prendre conscience que parfois l'usage du numérique dans ma vie perso n'est pas forcement plus efficace/économique/rapide que de faire les choses à "l'ancienne".

  10. soberlomig, le 03/03/20 à 14:36
    Avatar de soberlomig

    L’incitation à la sobriété numérique devra sans doute passer par un signal prix. Le parlement vient de faire passer amendement pour que les opérateurs indiquent le poids en CO2 de la consommation de données de votre abonnement internet (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/2454/AN/2529.pdf).
    Dire aux automobilistes qu’aller plus vite fait consommer plus d’essence suffit-il à réduire la vitesse sur les routes ?
    Pour le numérique, je suggère d’instaurer un tarif progressif du Go de données téléchargées, surtout sur la fibre.

  11. Jeanne Kalinowski Georjon, le 03/03/20 à 12:39
    Avatar de Jeanne Kalinowski Georjon

    Agir sur les : contenants, contenus et usages.

  12. GbyDreamer, le 03/03/20 à 10:31
    Avatar de GbyDreamer

    Il est largement temps de traiter ce sujet. Très bonne initiative.
    Comme dis par plusieurs :


    • Le numérique c'est 4% des GES (plus que tous les avions du monde) avec une augmentation de 9% par an. Sur la durée d'une génération (70 ans) ca fait une multiplication par 512 à la fin.
    • 3.3% de l'energie primaire est consommée pour le numérique avec une augmentation de 8% par an. Sur la durée d'une génération (70 ans) ca fait une multiplication par 256 à la fin.
      Une croissance exponentielle dans la vraie vie ça n'existe pas, n'attendons pas d'atteindre les limites. Il vaut mieux choisir que subir...

    Bref il faut trouver un moyen de revenir à plus de sobriété. Le numérique ca n'a que 20/40 ans, on s'en passait plutôt bien avant, non ? Choisissons de garder ce qui est soutenable, souhaitable, convivial et utile :)

  13. wena, le 03/03/20 à 09:55
    Avatar de wena

    Bonjour,
    je prends le train en marche :-)

  14. Jeanne Kalinowski Georjon, le 02/03/20 à 22:41
    Avatar de Jeanne Kalinowski Georjon
    Rosario a dit :

    Tu as raison. Voyons cela tout bientôt !

    Sobriété est un mot fort élégant et à la mode depuis le veux de Sobriété Heureuse de Mr Pierre Rhabi. Numérique est la réalité dans laquelle baigne notre monde et notre business. J'avoue ne pas aimé la jonction des deux. Souhaitons nous de la "sobriété numérique" ? ou bien "un numérique éthique" "juste" et "non toxique" ?

  15. Rosario, le 02/03/20 à 22:19
    Avatar de Rosario
    Jeanne Kalinowski Georjon a dit :

    Je crains fort qu'il ne soit d'abord nécessaire de s'accorder, entre entreprises et individus, sur ce que l'on met derrière la sobriété numérique. Car pour certains il s'agit de réduire les quantités d'objets numériques existants voir de ne plus ou presque plus en avoir (donc d'exclure les nouveaux gadgets objets connectés) et pour d'autres il s'agit de faire des logiciels / applis éco conçus pour palier voir excuser l'expansion du numérique. . .

    Tu as raison. Voyons cela tout bientôt !

  16. Rosario, le 02/03/20 à 22:19
    Avatar de Rosario
    seber a dit :

    après avoir tenté le "dry january" cette année, ça m'intéresse de voir ce que ça donnerait en déclinaison "numérique" :-)

    Nous verrons ça tout bientôt.

  17. Jeanne Kalinowski Georjon, le 02/03/20 à 22:19
    Avatar de Jeanne Kalinowski Georjon

    Je crains fort qu'il ne soit d'abord nécessaire de s'accorder, entre entreprises et individus, sur ce que l'on met derrière la sobriété numérique. Car pour certains il s'agit de réduire les quantités d'objets numériques existants voir de ne plus ou presque plus en avoir (donc d'exclure les nouveaux gadgets objets connectés) et pour d'autres il s'agit de faire des logiciels / applis éco conçus pour palier voir excuser l'expansion du numérique. . .

  18. Rosario, le 02/03/20 à 22:18
    Avatar de Rosario
    BrunoS a dit :

    Pour info, à la fondation Goodplanet ce samedi, à 15h


    29 Fév 2020


    15h


    Rares sont ceux aujourd’hui à pouvoir se passer d’Internet ou de leur smartphone plus d’une journée. Pratique et ludique, le numérique est devenu incontournable dans nos vies. Le problème est qu’il consomme énormément d’énergie et émet d’importantes quantités de gaz à effet de serre.


    On estime aujourd’hui que le secteur est responsable de 4% des émissions mondiales de CO2 (source ADEME), un chiffre qui devrait drastiquement augmenter dans les années qui viennent. De la fabrication des objets à la gestion de leur fin de vie, en passant par le stockage des données et l’usage de nos équipements, c’est toute la chaine du producteur au consommateur qui est concernée. Et les conséquences sont non seulement environnementales mais aussi sociales. Alors faut-il tout débrancher ?


    Réponse à la Fondation GoodPlanet avec :


    Céline Lescop, ingénieure en informatique et experte associée au think tank The Shift Project a contribué au rapport Déployer la sobriété numérique publié en janvier 2020.


    Bela Loto Hiffler, Fondatrice de Point de M.I.R (Maison de l’Informatique Responsable), formatrice-consultante, Bela défend un numérique (plus) responsable et est l’auteur, entre autres, de l’ouvrage Les éco-gestes informatiques au quotidien, éditions ADEME, 2017


    Guillaume Pitron, journaliste spécialisée Afrique et matières premières, et l’auteur de l’enquête La guerre des métaux rares: La face cachée de la transition énergétique et numérique publiée chez Les Liens qui Libèrent


    https://www.goodplanet.org/fr/domaine/degats-environnementaux-dereglement-climatique-la-face-cachee-du-numerique/?utm_so

    Merci beaucoup BrunoS !

  19. seber, le 28/02/20 à 10:08
    Avatar de seber

    après avoir tenté le "dry january" cette année, ça m'intéresse de voir ce que ça donnerait en déclinaison "numérique" :-)

  20. BrunoS, le 28/02/20 à 09:38
    Avatar de BrunoS

    Pour info, à la fondation Goodplanet ce samedi, à 15h


    29 Fév 2020


    15h


    Rares sont ceux aujourd’hui à pouvoir se passer d’Internet ou de leur smartphone plus d’une journée. Pratique et ludique, le numérique est devenu incontournable dans nos vies. Le problème est qu’il consomme énormément d’énergie et émet d’importantes quantités de gaz à effet de serre.


    On estime aujourd’hui que le secteur est responsable de 4% des émissions mondiales de CO2 (source ADEME), un chiffre qui devrait drastiquement augmenter dans les années qui viennent. De la fabrication des objets à la gestion de leur fin de vie, en passant par le stockage des données et l’usage de nos équipements, c’est toute la chaine du producteur au consommateur qui est concernée. Et les conséquences sont non seulement environnementales mais aussi sociales. Alors faut-il tout débrancher ?


    Réponse à la Fondation GoodPlanet avec :


    Céline Lescop, ingénieure en informatique et experte associée au think tank The Shift Project a contribué au rapport Déployer la sobriété numérique publié en janvier 2020.


    Bela Loto Hiffler, Fondatrice de Point de M.I.R (Maison de l’Informatique Responsable), formatrice-consultante, Bela défend un numérique (plus) responsable et est l’auteur, entre autres, de l’ouvrage Les éco-gestes informatiques au quotidien, éditions ADEME, 2017


    Guillaume Pitron, journaliste spécialisée Afrique et matières premières, et l’auteur de l’enquête La guerre des métaux rares: La face cachée de la transition énergétique et numérique publiée chez Les Liens qui Libèrent


    https://www.goodplanet.org/fr/domaine/degats-environnementaux-dereglement-climatique-la-face-cachee-du-numerique/?utm_so

  1. 1
  2. 2
Retour en haut de page