• 27
    participants
  • 5
    ateliers
  • 433
    posts

Présentation du café

Echangeons sur la messagerie vocale à ce café numérique ! Aussi bien la messagerie de votre ligne mobile que celle du téléphone à la maison.

Recevez-vous des messages vocaux ? Les écoutez-vous ? Laissez-vous des messages vocaux à vos correspondant ? Les écoutent-ils ? Quelle est la voix Orange sur ces messagerie ? Vous plait-elle ? La reconnaissez-vous entre mille ?

Telles seront nos questions et qui participera à ce café devra écouter d'une oreille très attentive des pistes audio !

Flash-back

Vous utilisez les messageries du téléphone fixe et du téléphone mobile. Vous utilisez souvent les numéros courts pour consulter vos messages vocaux, 888 et 3103. Vous entendez alors la voix d'Orange. Ce café a porté sur cette voix et nous avons écouté de multiples extraits à l'occasion de ce café numérique, des extraits en voix naturelle et d'autres en voix de synthèse.

Quels sont usages aujourd'hui des messages vocaux ? Laisser un message vocal, c'est has been pour les uns, pratique courante pour les autres. Les écouter, en revanche, c'est plus systématique, plus ou moins fréquemment toutefois, avec des routines qui s'installent parfois, comme des rendez-vous fixés. Ce café a permis de découvrir ou de se remémorer des fonctionnalités sur la messagerie vocale, en particulier celle qui consiste à signaler un message comme urgent, à déposer directement un message à un correspondant ou bien celle qui consiste à utiliser la réception de messages vocaux sous forme de sms.

La voix d'Orange actuelle est connue, peut-être pas autant que la voix de la SNCF, mais quand même, elle est connue. Et on a même tendance à s'en lasser. De manière générale, une voix est agréable quand elle est : claire, souriante, avec un bon débit et une bonne intonation. A l'inverse, les voix que l'on n'apprécie pas sont : molles, tristes, robotisées, monocordes, autoritaires aussi. La voix d'Orange est féminine et nous nous sommes interrogés sur le pourquoi de cette voix féminine, une question de cliché ? 

Les extraits en voix naturelle ont été préférés aux extraits en voix de synthèse. A noter que pendant le café, nous n'avions pas précisé à l'animation lesquelles étaient en voix naturelles et lesquelles étaient en voix de synthèse. A quoi repère-t-on une voix synthétique par rapport à une voix humaine ? Et bien, avec une voix synthétique, il y a des respirations qui manquent, il y a des intonations curieuses, il y a un quelque chose qui "sonne faux".

Nous touchons à quelque chose de sensible quand nous parlons de voix.

Tenez, ce café a été l'occasion de partager des extraits du dernier roman de Maylis de Kérangal qui s'intitule "Canoës", pause "café littéraire"  au café.

"Les chimpanzés et les macaques rhésus baissent leur timbre lors d'altercations afin de signaler aux autres membres du groupe qu'ils sont prêts à se battre, à protéger leurs ressources et à affirmer leur statut." (p. 23, en italique dans le texte)

"Ce n'est que lorsqu'elle a répondu à un appel sur son portable et s'est éloignée en me tournant le dos que j'ai réalisé que Zoé ne parlait plus pareil. Sa voix, autrement dit la vibration singulière qu'elle émettait dans l'atmosphère et que j'aurais reconnue comme la sienne parmi des milliers d'autres, sa voix n'était plus dans son corps, mais comme doublée par une autre, à peine différente, mais modifiée."

Zoé a répondu : "je ne veux plus de ma voix de chiotte". "Ce que Zoé appelle sa "voix de chiotte" n'est pas autre chose qu'un timbre clair et vif, une voix au débit saccadé, pointue mais capable de s'élever sans stridence - un ruisseau de montagne. Je l'aime cette voix, c'est la sienne." (p. 26)

"Zoé est partie en quête de sa voix grave, celle qui connote la compétence, l'autorité et l'assurance que l'on refuse à sa voix aiguë." (p. 27)

Sam est aux États-Unis depuis plusieurs semaines. "A présent, quand Sam dans mon dos s'adresse à ceux d'ici, il m'arrive de me retourner pour m'assurer que c'est bien lui qui s'exprime là, car sa voix converge progressivement vers les leurs, bascule peu à peu dans leur communauté, trouve à s'y enchevêtrer, à s'y fondre, comme s'il prenait place dans l'orchestre local ; elle adopte peu à peu leur tonalité, épouse leur rythme et leur puissance - Sam parle sensiblement plus fort et lentement qu'en France." (p. 50)

"elle a énuméré les vertus de la pierre de sa voix gazeuse : agit contre les peurs, favorise l'expression de soi et l'autonomie." (p. 62)

"... puis elle a conclu : j'ai besoin d'argent, I need cash. Sa voix changeait, les syllabes hachées, les voyelles lourdes désormais, rugueuses, comme raclées dans le fond de la gorge puis expulsées avec colère, un débit saccadé qui n'avait plus grand-chose à voir avec le flux monocorde et languide qu'elle avait à l'aller sur le chemin d'Aurora." (p. 84)

"ma voix, étiquetée plus tard canoë clair sur océan sombre, fut ainsi corrélée à mon numéro de téléphone" (p. 109) (je ne vous en lis pas davantage, ici, ce passage est superbe !)

"Bonjour, vous êtes chez nous mais nous n'y sommes pas ; laissez-nous un message et nous vous rappellerons ! Tel un oiseau léger, la voix de Rose a circulé dans la pièce obscure, elle a frôlé les murs, les fenêtres, les étagères, elle est entrée en expansion dans l'espace, conservant en fin de bande assez d'énergie pour produire une étrange vibration..." (p. 122) (je ne veux pas recopier la fin de cet extrait, ce serait trop)

"quand tu cries, tu bascules du côté de l'animal" (p. 139)

"how are-you today ? Voix liquide, enjouement standard, il n'a pas plus de vingt ans." (p. 149)

A la fin du roman, cette postface que je trouve intéressante : "En mars 2020, alors que je commençais à écrire sur la voix humaine, les bouches ont brusquement disparu sous les masques, et les voix se sont trouvées filtrées, parasitées, voilées : leurs vibrations se sont modifiées et un ensemble de récits a pris forme". Des passages de ce roman en portent l'empreinte.

Nous vous invitons maintenant à lire ce roman dans son intégralité !