• 39
    participants
  • 8
    ateliers
  • 1015
    posts

Présentation du café

Quelles sont les motivations des femmes pour travailler dans les métiers des nouvelles technologies ? Comment la tech s'introduit-elle dans les métiers ? Telles seront les questions de ce café numérique. 

Nous nous intéresserons aux choix des jeunes filles et des jeunes femmes quand elles choisissent une filière professionnelle. Aux choix que les femmes font tout au long de leur parcours professionnel.

Ils sera aussi intéressant de lire des propos de ceux qui accompagnent des jeunes filles, des jeunes femmes et des femmes tout au long de leur parcours. 

Et de comprendre si parler de "tech au féminin" a un sens et si oui, quel sens cela a !

Un café pour des femmes auquel des hommes sont les bienvenus !

Flashback

Point de départ de la conversation de café
 

Les métiers de la tech sont très masculins. Pourquoi cela ? Par métiers de la tech, nous entendons : la cybersécurité, les réalités immersives, les traitements des données, l'intelligence artificielle, l'internet des objets, le développement, les métiers des réseaux aussi.

"Est-ce que c'est de nous-même ("femmes") que nous nous mettons des barrières, est-ce que ce sont les difficultés à associer vie de famille et ce type de métier, est-ce que ce sont des stéréotypes sociaux inculqués dès petit à l'école et dans les familles, est-ce que ce sont les entreprises qui sont frileuses à employer des femmes, etc. ?"

A l'école, les filles boudent les mathématiques et les sciences physiques. Pourquoi cela ?

"Nos classes se vident des filles (au lycee dans les spes sc et math) et dans le supérieur (à l'école des statistiques)."

Regardons la situation en face
 

Les avancées technologiques sont partout, la tech est partout, partout dans la vie, partout dans tous les métiers.

Par exemple, dans la santé, le big data intervient dans la prévention et dans l'aide au diagnostic et les réalités immersives dans la formation, "la visualisation en trois dimensions permet aux futurs personnels soignants de comprendre les mécanismes du corps et de s’exercer bien en amont de leurs premières interventions réelles." Dans la production audiovisuelle, "que cela soit pour les effets spéciaux ou la gestion administrative des taches mais également pour de la scénarisation", l'intelligence artificielle est de plus en plus présente.

La tech est partout et  moins d'un gros black out mondial, les êtres humains ne pourront plus s'en passer".

Que des métiers très physiques soient masculins, peut-être, mais la tech ? Il n'y a à cela aucune nécessité "physique" ! Et en plus, dans la tech il est possible d'inventer des organisations du travail variées. Ainsi, "en Malaisie, par exemple, l’informatique est un métier dans lequel le pourcentage des femmes est très élevé : 65% des étudiantes sont inscrites en informatique. Le métier d’informaticien est considéré par ces femmes comme particulièrement bien adapté à leur besoin parce qu’il ne nécessite pas d’effort physique, qu’il s’exerce dans un bureau et qu’il peut facilement être effectué à distance." (Lagesen et Mellström 2004 ; Lagesen 2007, voir cet article : L’informatique a-t-elle un sexe ?, par Isabelle Collet (Le Monde diplomatique, juin 2007) (monde-diplomatique.fr)). C'est bien toujours vrai : Malaisie, le pays où les informaticiennes prospèrent - Reportage international (rfi.fr)

En France, des femmes font des études dans la tech, un début de carrière dans la tech, puis n'y restent pas. Pourquoi cela ? 

Pourquoi il faut plus de femmes dans la tech
 

Tout d'abord, la tech est tellement partout qu' "exclure les femmes de la tech, c'est désormais les tenir à distance des postes de décision, de conseil, d'influence".

Ensuite, la féminisation dans les métiers de la tech permettra une meilleure représentativité des utilisateurs finaux. Sur terre, un utilisateur sur deux est une utilisatrice !

Extrait d'une entretien avec Molly Roy, cartographe et artiste : "Open Street Map est un exemple frappant de cette réalité (que les cartes sont masculines et imposées par des hommes) : il se trouve que la grande majorité des contributeurs sont des hommes, qui pointent les lieux où sont situés les bar, les restaurants, les night-clubs ou les salles de sport. on peut toujours chercher les centres de soins, les crèches, les toilettes publiques, ce n'est mentionné nulle part !". 

Molly Roy a créé une carte de New York qui s'appelle City of wowen

Enfin, ​​​​​si "faire de la tech au féminin", ça n'a pas tellement de sens, "je ne pense pas que l'on puisse distinguer du code écrit par un homme ou une femme..."faire de la tech sans femme, ça crée des biais et ça présente des dangers. 

Toujours dans la santé, "le manque de données sur les femmes dans le secteur de la santé mène les applications médicales à émettre des diagnostics moins fiables pour les femmes, notamment pour les crises cardiaques" et "des produits peuvent mettre en danger la vie des femmes lorsqu’ils ne sont conçus que pour les hommes".

Les femmes seraient plus méticuleuses et plus terre à terre que les hommes, elles sauraient parler avec tact, davantage que des hommes. Par exemple, "je remarque une manière différente d'interagir avec les utilisateurs des services informatiques de ma collectivité." Un homme commente : "S'il y a une façon féminine de faire de la tech, elle doit sans doute être marquée par la ténacité". Des qualités sur-développées pour des raisons sociologiques donc, davantage que pour des raisons qui tiendraient à la nature des femmes.

Mais il n'empêche, ce sont là des qualités bien précieuses qu'il faut trouver, ô combien, dans la tech !

Autant il faut féminiser la tech, autant parallèlement, il faut  masculiniser certains métiers, dans l'éducation, dans la santé en particulier pour un bon équilibre sociétal. La mixité, c'est dans les deux sens que ça se joue.

Comment faire pour plus de femmes dans la tech ?
 

"Il faudrait promouvoir des modèles féminins inspirants dans le domaine de la tech" . Il y en a, il y en a eu, tenez, par exemple https://www.arte.tv/fr/videos/104017-000-A/sisters-with-transistors/ !, il y a aussi des modèles féminins dans des romans, des BD, des films, des séries, des dessins animés. Et ceci est important car ça nourrit des imaginaires.

Il faut partager ses passions aussi comme cette professeure : "Je suis passionnée par l'exploration de nouvelles façons de traiter les données, la création d'algorithmes d'intelligence artificielle innovants et la recherche de moyens pour rendre la technologie plus accessible à tous". 

Quand on décrit la tech avec des mots qui rendent compte de la diversité des métiers, de la cyber-sécurité au design d'interfaces, de la data-analyse à la conception d'espaces web, tout le monde peut se projeter. Le monde de l'éducation doit valoriser cette variété des métiers qu'il y a dans la tech et la tech au concret. "Jeune enseignante de matière professionnelle en lycée professionnel métiers de la sécurité, j'accorde une place toute particulière aux nouvelles technologies dans mes enseignements car elles seront la base demain, de nos métiers de sécurité." Et ceci est possible dans toutes les disciplines, cf. https://dreamcafe.orange.fr/a-grignoter/4160/les-metiers-du-numeriques-vus-par-le-prisme-d-un-emploi-du-temps-d-un-collegien

Et parallèlement, il convient d'introduire davantage les humanités dans les formations techniques, à noter que c'était un point important d'un séminaire qui s'est tenu à Sétif en 2017 : https://www.univ-setif.dz/Relations-Exterieures/Appel-com-la-creativite-des-territoires-UFAS1.pdf

Plus tard, dans l'entreprise avoir un parrain ou une marraine quand on est une femme qui veut bouger vers la tech, c'est bien précieux ! Ainsi que faire partie de communautés. Plusieurs ont été repérées au cours de ce café numérique, citons :

1. Women in Tech Summit : Un événement annuel qui rassemble des femmes leaders de l'industrie technologique pour partager leurs expériences et leurs connaissances.

2. Grace Hopper Celebration : La plus grande conférence mondiale dédiée aux femmes dans la technologie, offrant des opportunités de réseautage, d'apprentissage et d'inspiration.

3. Women Who Code CONNECT : Une série de conférences et de rencontres qui mettent en valeur les femmes dans le domaine de la programmation et de l'informatique.

4. Women Techmakers Summit : Un événement organisé par Google pour célébrer les femmes dans la technologie et offrir des séances de formation et de mentorat. »

Dans le domaine des jeux, notons https://womeningamesfrance.org/.

Une chose est certaine, ne cachons ni notre âge, ni notre sexe dans les CV ! Cela amènerait trop d'hypocrisie.

Bref, vive la diversité !

De bonnes raisons d'espérer
 

Parole de femme : "Un homme va plus se concenter sur le business avant tout. La femme elle va réflréchir à toutes les possibilités. Je trouve qu’on est plus curieuse que les hommes !" Et l'enjeu de notre génération est de réfléchir à toutes les possibilités pour inventer un monde vivable. 

Double bonne raison d'espérer : la tech est désirable car elle paye bien et la tech désirable est concrète, au service des autres et du vivant. 

"La tech est désirable pour moi, comme kyra, quand elle me paraît utile, lorsqu'elle permet des avancées en terme de santé, notamment dans la prévention et le dépistage précoce de pathologies." A contrario, des voitures bourrées d’électronique qui coûtent cher.

"Pour ma part, les tech désirables sont celles qui améliore le "concret", l'utile et non le futile. Les techs qui améliorent les conditions de travail d'emploi physique. Les techs qui apportent des solutions quant au changement climatique, entrevoit de nouvelles façons de vivre dans un monde qui sera plus hostile niveau température, ouragan, etc." A contrario, la tech pour une grande TV n'a guère d'intérêt.

Il est intéressant de rapporter cela du fait qu'il existe des secteurs dans lesquels la tech est mixte : "le coté bio-médical peut etre est aussi source de mixité".

Ajoutons à cela que le décloisonnement entre les fonctions et la circulation accrue de l'information sont favorisées par la présence de la tech dans tous les domaines. "Si ce décloisonnement permet de lutter contre les réseaux d'influence traditionnel, l'entre-soi, c'est peut-être une des raisons pour lesquelles la tech semble être favorable à l'insertion professionnelle des femmes."

L'ouverture, la diversité, l'utilité, un monde vivable, voici donc les quatres piliers d'une tech plus féminine.