Connectés déconnectés ou l'histoire d'un road trip en marche

Lors de différents cafés numériques, Nabla a écrit sur un projet de road trip d'un an du sud de l'Amérique au nord sur le thème : la vision des gens sur les technologies. Embarquement immédiat dans les préparatifs sous forme d'interview. Candice s'était prêtée à l'exercice il y a quelque temps déjà. D'ailleurs, il faudrait lui demander de ses nouvelles !

Peux-tu dire deux mots de toi ?

J'ai 28 ans. J'habite dans le Nord et je suis ingénieur en télécom, responsable de mon service d'ingénierie et de conception d'infrastructure télécom et réseau dans une filiale d'Engie (ex GDF-Suez). Avant cela, je me suis lancé dans la création d'entreprise en tant qu'auto-entrepreneur dans le conseil. Je sais que j'y replongerai. Plus personnellement, je suis passionné par les nouvelles technos, les voyages et la photo. 

Voyages, photo, voilà deux mots pleins de promesses ...

Avec mon amie, et notre chienne !, nous avons décidé de partir vivre une grande expérience humaine, un projet de road trip pendant lequel nous allons traverser les Amériques, du Sud au Nord, de la Patagonie à Montréal. Avec notre chienne, et avec un certain nombre d'objets connectés. 

Avez-vous un fil rouge ? Je pense à Alexandre et Sonia Poussin avec le ligne du Grand Rift pour marcher du Cap au lac de Tibériade

Notre fil rouge est une quête de réponses à ces questions : "comment perçois-tu les nouvelles technologies ?" et "comment impactent-elles ta vie ?" Bien entendu, nous nous observerons, nous deux avec notre chienne, dans cette ère de l'internet des objets, connectés et déconnectés à la fois. D'ailleurs, notre blog et sa page Facebook s'appellent connectésdéconnectés

J'y découvre que vous êtes allés dans une classe de 5ème, raconte !

Oui. En fait, nous élaborons un programme avec deux classes d'un collège et une classe d'un lycée : les deux classes de collège sont des classes de français, sur le récit de voyage, et la classe de lycée est une classe de section européenne espagnole. Avec elle, nous allons travailler sur la civilisation et la culture sud-américaine.

Il va falloir en partager des choses pour que les élèves et leurs professeurs se sentent proches de vous !

Ô combien ! Tout ça s'associe d'un grand projet de présence en ligne : blog, galeries de photo, chaîne YouTube, avec madeleines 360° je pense, instagram et carnets de voyage. C'est un véritable ouvrage web que nous bâtissons et que nous bâtirons ! Il y a ce que nous allons partager au fil de l'eau, nos aventures, nos rencontres et nos conseils (y compris des conseils du genre comment bien déguster une madeleine 360° ;-)). Et il y a tout ce que nous souhaiterons garder et indexer car nous pressentons que plus tard, nous voudrons retrouver tout ce que nous aurons capturé. 

A cet égard, tu avais participé au café intitulé "consommez mieux vos contenus" lors duquel nous avions parlé indexation, n'est-ce pas ?

Oui ! Je m'intéressais déjà au sujet de la gestion des documents et encore plus depuis ce café. Tags, géolocalisation (j'aimerai bien retrouver toutes mes photos d'Argentine et même de Rosario, tiens ;-)), date, appareil photo qui a pris la photo (mon téléphone, mon APN, le téléphone de mon amie, notre réflexe ?), les photos du matin, du soir, de l'après-midi (j'aimerai bien retrouver tous les couchés de soleil par exemple), etc., bref, je suis très sensible à tous ces critères pour retrouver tout ça facilement. Sans compter les annotations que nous voudrons mettre sur certains clichés. 

Et les notes, les notes de musique

Tout ça, j'aimerais aussi pouvoir les stocker, les retracer, même si mes écrits vont être sur plusieurs clouds. Après, je pense me mettre à iMovie et Windows Movie Maker pour monter des vidéos. Sur ce terrain-là, je me cherche !

Revenons au collège, dans les deux classes

Il faut faire de la composition ensemble. Je suis fan de photowall pour le côté co-création en live par exemple. Mais ce que je pressens aussi, c'est qu'il faut qu'on parte avec une mini imprimante bluetooth pour laisser des impressions aux personnes que nous rencontrerons, à nos hôtes, à nos amis d'un soir. Des impressions, aux deux sens du terme ! Nous raconterons cela aux enfants et nous les embarquerons auprès de nos hôtes, par leurs récits.