La tablette, tout le monde en parle,  mais quel réel enjeu se cache derrière cet objet ? La tablette est maintenant presque rentrée dans nos mœurs. En effet, tous les fabricants s’y intéressent, de la kindle fire en passant par Samsung Galaxy Tab jusqu’à l’iPad 2. Elles sont diverses et variées pour tous les goûts et porte-monnaie. Leur utilisation s’étend de l’amateur au professionnel. Elles sont à la fois un outil ludique pour tous les âges, un vrai passe-temps. Mais elles deviennent, aussi, de plus en plus un outil professionnel de communication, de présentation et de collaboration. Les tablettes font même leur apparition au journal télévisé comme nouveau support pour les présentateurs.

Présentateur avec une tablette à la place du papier

Nous remarquons que les applications ont, la plupart du temps, une fonction qui leur est propre. Par exemple, une application sera destinée à l’architecture pendant qu’une autre se consacrera au dessin. Ainsi, les applications sont optimisées et adaptées en fonction de leur usage. Il serait, en effet,  incohérent de développer sur tablette une application multifonctions qui aurait, par conséquent, des performances réduites.  De plus, elle serait inaccessible car trop complexe et éloignée d’un usage intuitif. Tout l’enjeu du multitouch est de proposer des fonctions simples et adaptées aux différentes « gestures ».
Nous pouvons constater, en analysant plusieurs applications, qu’il y a un réel effort au niveau de la navigation. En général, elle est agréable malgré certaines exceptions qui sont clairement inadaptées  au multitouch. On voit apparaître quelques applications ayant des concepts assez novateurs mais qui, pour l’instant, sont encore mal exploités.

La suite Adobe touch pour bientôt

Adobe n'est pas tombé dans le piège de faire du copier-coller des logiciels desktop sur tablette.            Nous découvrons ainsi, à travers un aperçu de vidéos, la future suite touch. Adobe nous promet ici un panel d’applications fonctionnelles offrant un service complet pour un device en mobilité. Adobe nous dévoile ainsi Adobe Collage, Adobe Proto, Adobe Kuler, Adobe Ideas, Adobe Debut et Adobe photoshop touch. Adobe Collage permet de réaliser facilement des planches tendances ou univers, autrement dit d’élaborer une planche de diverses inspirations. Dans l’exemple de la vidéo, il est possible de collecter des photos à partir de google par exemple. On peut aussi facilement les redimensionner et les positionner sur la page tout en permettant de les commenter. Puis, une fois la planche réalisée, il est possible de la partager. Cette application peut capitaliser des idées et aider dans le processus de créativité. C’est l’idée du découpage, collage, assemblage.
Adobe Proto permet de réaliser simplement des wireframes interactifs ainsi que des prototypes pour tablettes. La vidéo nous montre qu’avec notre doigt nous pouvons définir les différentes zones et grilles de notre interface. L’application propose aussi différentes fonctions permettant de facilement réaliser des menus interactifs. Cet outil est très intéressant car, à ce jour, des applications telles que App Cooker existent et proposent ce genre de services mais avec des fonctionnalités assez limitées.
Adobe Kuler, quant à lui, offre l’opportunité de créer des échantillons de couleurs à partir de différentes manières : photo, color piker...
Il est possible, avec Adobe Ideas, de réaliser des esquisses vectorielles. C’est l’idée du sketch rapide. Mais ce qui amène une valeur ajoutée c’est, d’une part, qu’il soit possible de réaliser un dessin de manière encore plus efficace et rapide qu’avec des crayons et du papier et, d’autre part, que l’on puisse l’exporter vers un logiciel desktop plus élaboré du type illustrator. Le parallèle et l’échange entre application mobile et desktop sont très intéressants car cela mène vers l’optique de pouvoir travailler rapidement en mobilité et ensuite d'exploiter ce travail plus en profondeur sur un ordinateur.
Adobe debut, de son côté, aide à présenter différents documents. La promesse de cette application est de pouvoir récupérer et stocker différents documents sur lesquels il est possible d’ajouter des corrections. En d’autres termes, on imagine une maquette ou un icône que l’on présente à un client par exemple et il peut, facilement, venir ajouter des corrections comme avec du redlining. Et enfin, on retrouve une version Adobe photo touch allégée, qui est un bon compromis avec le logiciel adobe photoshop.
En effet, il aurait été inapproprié de vouloir faire un copier-coller de la version desktop.
Je vous laisse découvrir ces applications plutôt sympathiques et pleines de promesses.

http://www.youtube.com/watch?v=aKOa8TBq4wE&feature=player_embedded

http://www.youtube.com/watch?v=Bgwtps79XXg&feature=player_embedded

http://www.youtube.com/watch?v=Zd5nTncxCHQ&feature=player_embedded

http://www.youtube.com/watch?v=cASFrprAmuM&feature=player_embedded

http://www.youtube.com/watch?v=g5pOhR3ewwM&feature=player_embedded

http://www.youtube.com/watch?v=89hej8N1Me0&feature=player_embedded

D’autres applications voient le jour et nous promettent un réel impact sur l’utilisation des tablettes, notamment celles intégrant la 3D.

La 3d en ligne de mire

Nous voyons de plus en plus apparaître des applications intégrant la 3d comme étant un réel outil de « soutien », notamment pour les professionnels. Nous pouvons penser, entre autres, aux applications Home design 3D, Autodesk Design review, 3DVIA Mobile, Shape Me ou encore 123D Sculpt. C’est un début encourageant en termes de navigation et d’appréhension de la 3D. Mais les applications restent encore très basiques. Bien que parfois il y ait un concept novateur, le graphisme est souvent hétérogène.  Dans cette lignée, on ne peut passer à côté de la réalité augmentée. Elle peut apporter et amener une réelle valeur ajoutée.

La tablette à tous les âges et pour tous les usages.

Nous savons que la tablette est un outil de passe-temps et un incontestable terrain de jeu. Mais son utilisation ne s’arrête pas à cela. En effet, nous pouvons constater que les personnes possédant une tablette l’utilisent plusieurs fois par jour. La tablette devient donc un outil du quotidien à part entière, que ce soit dans le contexte privé ou professionnel.

De plus, la tablette ne signifie pas une utilisation solitaire. En effet, dans le contexte privé il semble intéressant de penser la tablette comme un nouveau lien intergénérationnel, notamment parents/enfants. Il y a, ici, un enjeu clair car nous ne pouvons passer sous silence l’indéniable attirance, voire addiction des enfants pour les nouvelles technologies. Ils ont en effet, une appropriation étonnante de ces nouveaux devices. Il y a donc, ici, un terrain à creuser et à explorer. L’application AIYA présente un nouveau concept. En effet, les enfants peuvent dessiner et en même temps se raconter une histoire. Grâce au micro, les enfants peuvent s’enregistrer, revoir et écouter leur histoire. On imagine aisément avec cette application un échange parents/enfants.

D’un point de vue plus professionnel, la tablette est, certes, un outil de présentation mais bien plus encore. En effet, elle n’est pas uniquement ce gadget permettant de consulter ses mails et la météo. Elle devient un outil, un support de communication entre le professionnel et son client, permettant un échange direct. Le professionnel peut présenter, exposer et confronter ses idées rapidement. Et le client, en retour, peut ainsi indiquer son avis. Si l’usage de la tablette en privé est véridique et apparaît comme logique et incontournable, nous pouvons remarquer une réelle émergence dans le contexte professionnel.

Voici, ci-dessous, une image issue d’un article de blog parlant du sujet. Elle présente une étude intéressante sur l’utilisation des tablettes.

Etude sur la tablette


Au-delà de ces deux contextes, la tablette pourrait réellement devenir un outil pédagogique. En effet, l’idée d’appréhender les cours d’une nouvelle manière, plus visuelle et interactive, pourrait amener une dimension importante et nécessaire. Nous savons que les enfants-ados retiennent mieux les choses en les appréhendant de manière active et visuelle. Cela ne semble donc pas improbable d’envisager la tablette comme un nouveau support d’apprentissage. Aujourd’hui, il existe quelques applications qui permettent aux enfants de s’exercer et de réviser mais rien de très concluant. Il y a donc sûrement des pistes à explorer pour envisager un nouvel avenir de la tablette au sein du corps de l’enseignement.