Le soutien scolaire sur Internet s'intensifie en France. Toutes matières confondues, les offres se multiplient, sur ordinateur, tablette ou smartphone. Comment s'y repérer ?

Vincent Peillon, ministre de l’Éducation nationale, évoquait dans un récent discours, le projet d’un service public de soutien scolaire en ligne. Ce projet a d’autant plus de chance d’aboutir qu’il existe déjà de nombreuses offres gratuites de soutien scolaire sur Internet, dont certaines émanent de services de l’État, telle www.academie-en-ligne.fr, issue du Cned.
 
Des acteurs privés mettent aussi gratuitement à la disposition des élèves des ressources pédagogiques pour les aider dans leurs études, c’est ce que fait par exemple la Maif sur www.assistancescolaire.com. Enfin, à côté de ces quelques offres désintéressées, on trouve une quantité impressionnante de propositions commerciales, avec des prestations qui vont de la fiche à télécharger pour quelques euros à la vidéoconférence avec un enseignant. Les tarifs sont aussi divers que les formules : abonnements à 10 € par mois ou tutorat avec webcam à 30 € de l’heure…

Jouer pour apprendre

Chez www.maxicours.com, qui se présente comme « le numéro 1 de la réussite scolaire sur Internet », on mise sur l’interactivité, le caractère ludique des contenus (présentés sous formes de vidéos ou de jeux) et sur une approche multisupport : les cours sont disponibles autant sur ordinateur que sur tablette ou smartphone.
 
Le grand mérite du soutien scolaire en ligne est de ressembler davantage à un jeu vidéo qu’à une heure de cours. Certains éprouvent ainsi, aussi surprenant que cela puisse sembler, du plaisir à faire leurs devoirs ou réviser leurs leçons. 

Trouver l'abonnement approprié

Pour autant, toutes les offres ne se valent pas. Voici quelques questions à se poser avant de souscrire un abonnement :
- Une offre gratuite équivalente existe-t-elle ?
- Les contenus pédagogiques sont-ils conformes au programme scolaire ? Qui les élabore ?
- Le soutien proposé est-il personnalisé ?
- Des résultats sont-ils garantis ?
Enfin, notez que si les sommes dépensées pour le soutien scolaire à domicile bénéficient d’une réduction d’impôt de 50 %, ce n’est pas le cas pour les cours suivis en ligne !