Quand les réseaux sociaux font du bien

 

Le temps passé sur les réseaux sociaux constitue une grande part de tout notre temps passé sur internet. Lors du café numérique intitulé Le temps des possibles, animé à l'automne 2021, il apparaissait qu'ils sont souvent synonymes de perte de temps et de clivage, de polarisation des points de vue, d'idéologies déconnectées des tâtonnements de la réflexion, des savoirs qui évoluent et des doutes. Ceci est confirmé par de nombreux articles et émissions.

Soyons optimistes et répérons dans nos conversations de café et au fil de nos conversations tout court des situations d'usages des réseaux sociaux qui font du bien. Nous en avons repéré au moins six.

Des rendez-vous qui font du bien

Il y a le rendez-vous quotidien que l'on se donne sur la page Facebook d'une danseuse, une minute rien que pour soi, parfois assortie de soudaines envies de partage ! Il y a le rendez-vous que l'on a avec un libraire qui écrit ses coups de coeur, ainsi sur TikTok : "Je regarde le compte de ma librairie, qui poste des contenus différents sur TikTok par rapport aux autres réseaux, que j'ai en favori sur ordinateur; comme ça pas besoin de compte, de télécharger d'appli et donc pas de perte de temps inutile."  Détour garanti vers la librairie en perspective.

Des annonces pour des événements

Il y a des chanteurs que l'on suit sur Facebook et que l'on ira retrouver à un concert au chapeau. Il y a cette créatrice de vêtements qui annonce sa présence sur un prochain marché des créateurs sur Instagram. Il y a cette galeriste qui annonce une proche exposition sur Instagram et sur Facebook. Il y a des commerçants du quartier qui créent leur page sur les réseaux sociaux et qui donnent de leurs nouvelles sur la page Facebook créée par des amoureux du quartier. Il y a cette créatrice d'un festival qui partage des photos du lieu du festival parce que des artistes lui ont simplement posé cette question : "mais ça ressemble à quoi le lieu du festival ?" Autant d'annonces qui participent de l'animation des villages, des quartiers, des villes.

Des fils continus dans les relations amicales

Regardons nos partages et ceux de nos amis, regardons nos écrits et ceux de nos amis. Un jour, on voit juste un coeur en réaction au post assorti d'une photo de fleur sur un balcon, un autre, le partage d'une anecdote vécue dans la journée, d'un un trait d'humour bien senti. Et puis on se voit, et parfois, ça fait longtemps que l'on ne s'était pas vu, "mais j'ai l'impression que je ne t'ai pas quittée depuis tout ce temps, je te suis tu sais ?" et le fil de l'amitié reprend et va rester ainsi planant via des communications et réactions discrètes.

Des occasions d'échanges intergénérationnels

Une mamie déclare : "Je suis inscrite [sur TikTok] depuis peu sur les conseils de ma petite-fille". Laquelle petite-fille montre à sa grand-mère les chorégraphies qu'elle apprend avec ses copines. Moment complice garanti !

Des fils d'actualité personnalisés et dynamiques

Pour les besoins d'un métier, pour des besoins qui surgissent dans la vie à certains moments, s'insérer dans de bons réseaux est important et agréable. Par exemple, ce cinéaste témoigne : "Je me tiens au courant des évolutions du matériel et des logiciels sur des pages spécialisées et des groupes Facebook." Ce bricoleur aidant déclare pour sa part : "Pour aider une amie à construire sa maison, je suis dans différents groupes Facebook pour échanger sur des sujets pointus ou sur des sujets de déco."

Comme un journal de soi que l'on tient de manière appliquée

Lors d'un événement organisé par Orange sur la e-réputation, nous rencontrions une jeune femme qui nous expliquait : "Je suis passionnées de coiffure, sur Facebook je partage celles que je fais à des amies avec une histoire, sur LinkdIn je partage des événements liées à la coiffure, sur Twitter aussi, et sur Instagram, je soigne bien les photos". Elle façonne ses prises de parole sur les réseaux sociaux comme un morceau d'espace public. Une danseuse déclare pour sa part : "Je fais très attention à ce que je partage, peu, je soigne l'écrit, je veux que mes puplications rebondissent les unes sur les autres". L'image que l'on donne de soi se fabrique d'écrits appliqués, d'images bien choisies et d'une bonne dose de parcimonie.

Quand les réseaux sociaux font du bien, tenez, lisez aussi cette interview de Linda !


Qu'en dites vous ?